Exemple de fai au cameroun

Cameroun donc il est celui qui fournit une connexion Internet à tous les autres ISP opérant au Cameroun. M. Maroleng ajoute que sa société MTN “ne prendrait aucune décision qui ferait perdre de l`argent. La largeur de bande internationale a graduellement diminué le 17 janvier 2017, jusqu`à ce que le réseau ait été coupé sur le territoire la nuit du 17-18 janvier 2017. En 2013, MTN et Orange Cameroun étaient les seuls fournisseurs de services mobiles; MTN est la plus grande entreprise en termes d`abonnés et offre des ventes de téléphonie mobile, mobile Money services, et post-payés et les tarifs mobiles prépayés. Dans la soirée du 17 janvier 2017, le Cameroun a été coupé de la largeur de bande internationale. Ces informations sont précieuses parce que, contrairement à d`autres opérateurs et sociétés Web comme Facebook ou Google, MTN a toujours refusé de divulguer la liste des pays qui ont envoyé des demandes d`accès aux données personnelles, en faisant valoir que ces divulgations sont interdites par la loi dans certains pays d`opération. Rapport (WEF, 2013). Les radiodiffuseurs commerciaux de radio et de télévision doivent soumettre une demande de licence et payer des frais de demande et par la suite payer des frais de licence annuels élevés. Toutefois, un grand pas pour le secteur des télécommunications mobiles du Cameroun a été réalisé en 2013, lorsque la licence mobile 3G des pays a été approuvée. Bien que la Loi prévoit la liberté d`expression et de presse, elle criminalise également les délits médiatiques, et le gouvernement restreint les libertés de parole et de presse. Internet sans frontières a contacté le ministère des postes et télécommunications du Cameroun.

En instruisant les opérateurs de procéder à cet arrêt d`Internet, sans présenter de menace à l`ordre public, et sans présenter l`autorisation dûment donnée par un juge, les autorités camerounaises sont placées en marge du droit international. Il convient également de noter que le gouvernement a lancé une campagne contre “la diffusion de fausses nouvelles via les médias sociaux”. Ces lois autorisent le gouvernement, à sa discrétion et à la demande du demandeur, à criminaliser un procès civil en diffamation ou à intenter une action en diffamation en cas de diffamation présumée contre le Président et d`autres hauts fonctionnaires du gouvernement. Les fonctionnaires du gouvernement menacent, harcèlent, arrêtent et refusent l`égalité de traitement aux personnes ou aux organisations qui critiquent les politiques gouvernementales ou expriment des opinions contraires à la politique gouvernementale.